La chirurgie esthétique des paupières asiatiques

Les paupières asiatiques, présentent des différences avec les paupières dites « caucasiennes ».

Pour la paupière supérieureblépharoplastie des paupières asiatiques

le pli palpébral supérieur, est situé très bas, très proche des cils et parfois même absent, la graisse orbitaire descend très bas, la peau des paupières est très laxe. Il existe un épicanthus, c’est à dire le repli de peau, situé à la partie interne de l’œil (appelé aussi
3ème paupière), la fente palpébrale est rétrécie.

Pour la paupière inférieure :

les poches graisseuses, sont précoces et stable dans le temps


Le principe de la chirurgie esthétique des paupières asiatiques

Il faut refaire un pli palpébral supérieur, traiter l’épicanthus qui est débridé par une plastie locale, enlever si nécessaire les poches des paupières inférieures, toujours chirurgie des paupières asiatiquespar voie conjonctivale (sans cicatrice externe, qui peut être disgracieuse chez sur les peaux asiatiques). Il existe chez ces patients une demande d’occidentalisation partielle du regard.

Schématiquement l’intervention consiste à recréer un pli de la paupière supérieure, ce qui donne en plus une impression d’ouverture au regard. Au niveau de la paupière inférieure une ablation des poches par voie conjonctivale si nécessaire. Si la demande est formulée, traitement de l’épicanthus ou « troisième paupière » située à la partie interne de l’œil. L’intervention n’est pas douloureuse.

Des compresses glacées sont mises en place dès l’intervention terminée pour diminuer l’oedème (gonflement) et les ecchymoses (bleus). Ceux-ci sont variables selon les personnes et vont beaucoup diminuer la première semaine. Les fils sont retirés au sixième jour. Le retour à la vie socioprofessionnelle se situe au dixième jour. Il faut prévoir des lunettes teintées pendant dix jours. Un maquillage léger des cicatrices peut être réalisé dès le huitième jour. Il peut exister une petite gène à la fermeture des yeux qui disparaîtra très rapidement dans les premiers jours post-opératoires. Une petite irritation de la conjonctive peut apparaître dans les premiers jours, elle sera traitée par l’instillation locale de collyre. Au début le gonflement est parfois asymétrique ; aussi sont conseillés assez rapidement des massages cicatriciels, pour diminuer ce gonflement et assouplir les cicatrices. Une protection solaire pendant un mois est conseillée sur les cicatrices. Il faut éviter tout effort important dans les premiers jours. On peut remettre des lentilles de contact au bout d’une semaine.

Les complications

L’interrogatoire recherche des antécédents de pathologies oculaires qui peuvent constituer une contre-indication à l’intervention (cataracte, glaucome…). Un examen précis du regard sera réalisé d’où découleront les indications opératoires :

  • Au niveau des paupières supérieures : excédent de peau et de hernies graisseuses ou au contraire œil creux.
  •  Au niveau des paupières inférieures : poches graisseuses, aspect ridé de la peau, existence de cernes.
  • Le degré de relâchement de la paupière inférieure, surtout présent chez les personnes âgées imposant un geste opératoire prudent.

D’autre part, on analysera d’autres signes de vieillissement du regard qui peuvent nécessiter des gestes complémentaires comme l’abaissement des sourcils et du front, les rides du lion pouvant nécessiter un lifting frontal ou des injections de toxine botulique, les rides de la patte d’oie, cernes, altération de la peau (tâches séniles) pouvant nécessiter des gestes complémentaires de médecine esthétique (toxine botuliqueacide hyaluroniquepeeling au laser).

Des photos de face au repos et lors du sourire sont réalisées. Un examen ophtalmologique préopératoire est souvent demandé avec un fond d’œil et un bilan de la vision.

Après la chirurgie

Les photographies  avant- après de paupières asiatiques représentent des cas classiques d’occidentalisation du regard.