Le redressement des seins

Chirurgie esthétique : autres zones


Soit la peau est suffisamment tonique et le problème esthétique des cuisses peut être résolu par Liposuccion ou lipoaspiration, mais lorsque la peau est très relâchée (surtout après un amaigrissement important)

la solution peut être un lifting des cuisses ou plastie crurale :
•Le procédé consiste après liposuccion à enlever l’excès de peau et de graisse à la face interne de la cuisse par une incision dans le pli de l’aine parfois prolongée vers le pli fessier et dans les cas de très grands excès cutané une cicatrice verticale face interne de cuisse est nécessaire.
•L’arrêt du tabac est nécessaire plusieurs jours avant.
•l’intervention a lieu sous anesthésie générale.
•l’hospitalisation est de 48h
•Un traitement anticoagulant est prescrit pour éviter la phlébite
•dans les suites le port d’une gaine type lipopanthy est nécessaire pendant 5 à 6 semaines pour diminuer l’œdème .Des massages type drainage lymphatique sont conseillées après 3 semaines.
•Un arrêt de travail de 2 à 3 semaines est nécessaire.
•Une prise en charge par la sécurité sociale est possible en cas d’amaigrissement important pour obésité

(voir chapitre liposuccion)

La face interne est la zone qui répond le mieux à la liposuccion

L’intervention a lieu sous anesthésie locale parfois associée à un tranquillisant pour le confort du patient en chirurgie ambulatoire

Deux procédés  sont possibles pour l’augmentation des fesses :

la pose d’implants fessiers en silicone

mis en place par une incision dans le pli inter-fessier  parfois associée à une liposuccion des hanches et de la culotte de cheval mais les risques liées à cette intervention sont loin d’être négligeable : •risque de migration de l’implant •coque autour de la prothèse entrainant douleur et déformations •infection de la prothèse nécessitant l’explantation de la prothèse.

le lipo-filling ou lipomodelage des fesses

Il est plus d’actualité, la technique étant plus fiable que les implants fessiers.

le procédé :

•Il consiste à réaliser une liposuccion première en général au niveau de l’abdomen, des hanches et de la culotte de cheval et de traiter la graisse aspirée par centrifugation ou filtrage.

•La graisse ainsi purifiée sera réinjectée (jusqu’à 500cc à 1000cc par fesse)

•Environ 30 à 40% du volume va se résorber (il faut donc sur corriger au moment de l’injection) •Des œdèmes et des bleus s’observent pendant 2 semaines

•L’hospitalisation est courte (ambulatoire ou 24h)

•Le résultat final est apprécié au bout de 3 à 6mois

•Un deuxième temps de lipo-filling est parfois nécessaire pour compléter le résultat après 6 mois.

En conclusion :

Ce procédé de lipo-filling évite les risques des implants fessiers et permet de traiter par liposuccion les zones excédentaires de prélèvement.

la liposuccion des bras

C’est une zone difficile et les bonnes indications sont peu fréquentes.

Seules certaines femmes jeunes à peau tonique face inférieure du bras peuvent bénéficier de la technique.

le lifting des bras

Il est surtout indiqué après un amaigrissement important ayant entrainé un relâchement important de la peau.

La motivation doit être claire (aspect très fripé, gène à la mobilité et à l’habillement)

Le procédé :

•Le lifting du bras est souvent précédé d’une liposuccion

•Dans la majorité des cas, l’incision se situe le long de la face interne du bras pour enlever l’excès cutané (la cicatrice uniquement dans l’aisselle est inefficace)

•L’hospitalisation est courte (24h) avec un drainage enlevé à la sortie et port d’une contention pendant 2 semaines.

•Des drainages-massages sont prescrits au bout de 3 semaines pour diminuer l’œdème.

•Un arrêt de travail de 2 semaines est nécessaire.

•Une prise en charge partielle par la sécurité sociale est parfois possible dans le cadre d’un amaigrissement pour obésité.

Seule l’augmentation par implants est recommandée pour regalber le mollet

En effet le lipo-filling comporte trop de risques  de phlébite et de résultats insuffisants.

Le procédé :

•Il consiste par une incision cachée à la face postérieure du genou à introduire un implant en silicone sous l’aponévrose du muscle.

•L’hospitalisation est courte (ambulatoire ou 24h)

•Une contention est portée pendant 4 semaines avec traitement anticoagulant pendant 1 semaine.

•Une talonnette est placée pour soulager le muscle pendant 1 semaine

•Le sport est repris après 2 mois.

•La durée de vie de vie est longue contrairement aux prothèses mammaires et le remplacement n’est réalisé qu’en cas de rupture (d’où une surveillance régulière)